I.C.B.M.

Institut des Civilisations du Bassin Méditerranéen et du Moyen-Orient

 

 

 

Jeudi 14 décembre 2006 :   Les Pyramides de Koush (Al Kourou, Nouri, Barkal, Méroé)

                                                 (Hazem El Shafei) - projections

 

 

 

 

Si la culture de la vallée du Nil, dans sa partie soudano-nubienne, est longtemps restée dans l'ombre de l'Égypte pharaonique, elle est cependant considérée comme l'une des sources culturelles de l'Égypte ancienne. Pont entre les civilisations du Proche-Orient et de l'Afrique," Pays de l'or" pour les auteurs anciens, elle disposait de trésors qui ne cessent de nous faire rêver : ivoire, ébène, encens.

 

 

Tout au long de son histoire, l'Égypte a toujours considéré la Nubie et le Pays de Koush comme une terre à conquérir, à dominer.

 

A la fin de la période ramesside, l'Égypte entra dans une longue période de déclin. Si elle parvint à repousser les Peuples de la Mer, elle se retrouva cependant très affaiblie, perdant le contrôle de la Phénicie et de la Palestine.

 

Au Nouvel Empire, l'Égypte s'étant retirée de la Nubie, une nouvelle culture peut se développer : le royaume de Napata, avec sa capitale au Djebel Barkal ("Montagne Sacrée"), fera la conquête de l'Égypte puis la dominera pendant environ un siècle (XXVème dynastie).

 

Centre religieux et administratif, carrefour commercial, la ville connut un important développement autour du temple d'Amon : là s’échangeaient les précieux produits venus de l’Afrique noire à destination de l’Égypte. C'est là aussi que Taharka se fit enterrer dans le voisinage, ainsi que d'autres rois et leurs familles, dans d'élégantes pyramides.

 

Reprenant à leur compte l'héritage des pharaons, les nouveaux maîtres koushites, détenteurs de la Double Couronne, relanceront l'économie, de même que l'activité de construction dans presque tous les grands sanctuaires.

 

Et c’est à Méroé que le dernier royaume antique soudanais brilla de tous ses feux.