I.C.B.M.

Institut des Civilisations du Bassin Méditerranéen et du Moyen-Orient

Jeudi 6 décembre 2007 :  Les Croisades : aspects méconnus......

                                           (Hazem El Shafei)

 

 

 

Le chapitre des "Croisades" a rempli des volumes pendant des siècles !

 

Si en Occident, les Croisades ont toujours été définies comme des expéditions militaires contre les Infidèles, les historiens et chroniqueurs arabes de l'époque, quant à eux; parlent de "guerres et d'invasions franques".

 

Faire un décompte exact des Croisades est quasi impossible, tant on en a prêché en Europe à partir de la fin du XIe siècle. Les plus spectaculaires sont les huit Croisades vers l'Orient musulman (1095-1291), dont la première aboutira à la prise de Jérusalem (1099) et la quatrième détruira temporairement l'Empire byzantin (1204).

 

A l'époque des Croisades, la carte du monde tourne autour du bassin méditerranéen avec des villes-phares : Constantinople, Damas, Bagdad, Le Caire, Jérusalem, Marrakech, Cordoue, Grenade, etc. Et ce monde se partage en trois parties : monde musulman, monde byzantin, occident chrétien très en retard en dépit de quelques germes de transformation !

 

En 1095, le Pape Urbain II profite du Concile de Clermont pour prendre un certain nombre de décrets réformateurs et prêcher la Première Croisade. Il profitera de sa venue en France pour faire le tour de la France du sud. C'est pour lui un véritable triomphe qui contribue à vivifier l'idéal de chrétienté.

 

L'Occident, déchiré par des guerres civiles depuis cinquante ans, reprend conscience de son génie auprès de ce pape moraliste, juriste, homme d'action et esprit universel, qui a vu les conséquences du schisme de 1054 et est prêt à engager des négociations pour rétablir l'unité. C'est ainsi que Alexis I Comnène fait appel à Urbain II pour envoyer en Orient des renforts destinés à secourir les armées byzantines contre les Turcs.

 

Urbain II veut faire de la croisade qu'il projette non seulement une reconquête de la Terre Sainte sur l'Islam, mais aussi une expédition de secours aux frères séparés. C'est lui qui choisit les chefs de l'expédition et décide des itinéraires.

Les peuples les plus divers de l'Occident vont ainsi se retrouver sur la route de l'Orient : princes, chevaliers, fantassins armés, mais surtout des milliers de femmes, d'enfants et de vieillards en guenilles qui se dirigent derrière Pierre l'Ermite sur vers le Bosphore et Constantinople.

 

Les Francs ont pour atouts essentiels une réelle unité, une politique solide, une armée efficace, la foi de vaincre. Un atout supplémentaire est l'aide extérieure, notamment de Gênes et de Venise, et l'afflux en masse des pèlerins qui trouvent sur leur route des hospices. Ainsi, l'Hospicium de Jérusalem fondé au milieu du XIe siècle par les Amalfitains. En 1119 sera fondé un autre ordre chevaleresque : les Templiers. Les deux ordres ont le même statut et une double vocation, monastique et chevaleresque. Formant des armées permanentes chargées de la garde et de l'entretien des forteresses, ils représentent certes un atout militaire et financier, mais aussi un danger politique en raison de leur puissance grandissante.

 

En quelques siècles, les Croisades auront contribué à enrichir Venise, Gênes ou Pise, les dépenses et transferts de fonds ayant permis la diffusion des techniques bancaires dans toute l'Europe. Techniques et productions nouvelles furent introduites en Occident, notamment en matière de navigation, mathématiques (le zéro), productions agricoles (coton,….), productions artisanales nouvelles (soies, brocarts…..). Les Croisés emprunteront aussi à l'Orient des habitudes alimentaires ou vestimentaires ainsi qu'un certain goût du luxe. Ces produits seront bientôt diffusés dans toute l'Europe tandis que les produits occidentaux pénètrent sur les marchés du Proche-Orient musulman ou byzantin, provoquant ainsi un retournement de la balance des paiements.

 

Les rapports entre combattants durant les périodes de trêves, les mariages mixtes, les colonies agricoles, les marchés, le rôle joué par la secte des "Assassins", les Templiers (devenus hommes d'affaires !), les villes italiennes (Gênes et Venise), les règle chevaleresques.... ne sont que quelques aspects cachés derrière les coulisses des Croisades, des aspect méconnus de notre Histoire !